L’histogramme mis à nu. (Dernière partie)

Arrivés à ce point du tutoriel, vous êtes certainement assez au fait de des possibilités de l’histogramme pour entreprendre sans plus de conseil les réglages de base, comme celui présenté ci-après.

Modifier l’histogramme avec les curseurs

Dans cet exemple, l’histogramme montre qu’il n’y a pas de teintes très sombres sur la photo. (présence d’un trou à gauche du graphique) Ce n’est pas forcément un défaut ! Si l’on décide qu’une correction est nécessaire, en amenant le curseur de gauche à la limite de la première barre de l’histogramme, on assombrit progressivement l’image jusqu’à retrouver des noirs purs. (Il est aussi possible de s’arrêter en chemin)

La manipulation est identique en utilisant le curseur de droite pour éventuellement récupérer des blancs, ou sur le curseur du milieu pour jouer sur le contraste.

En jouant sur la transparence du calque, il est ensuite possible de diminuer l’effet obtenu. La manipulation peut alors paraître plus naturelle.

Les pipettes

Ces premières manipulations basiques sont assez intuitives. L’utilisation des pipettes est plus diabolique. Elles supposent déjà de bien repérer les zones claires et/ou sombres de l’image. Avez-vous remarqué que lorsque l’on appuie sur la touche Alt en même temps que l’on clique sur le curseur de droite ou de gauche sous l’histogramme, on affiche les tons foncés ou les tons clairs de l’image ? (Il y a un peu trop de raccourcis cachés dans Photoshop…) Malheureusement, cette image disparaît dès que l’on lâche la souris, et on aimerait garder en mémoire l’emplacement de ces zones.  Voici comment procéder :

Dans le menu Calques, choisissez Nouveau Calque de réglage/Seuil. Validez les options par défaut. L’image est maintenant affichée en noir et blanc. En déplaçant le curseur à gauche, il est possible de détecter les points les plus sombres. Déplacez la pipette sur l’un de ces points, maintenez la touche majuscule enfoncée et cliquez : vous venez de déposer un marqueur sur le point concerné.

Vous pouvez répéter l’opération en déplaçant le curseur à droite. Les marqueurs sont numérotés 1 et 2. (Vous pouvez simultanément vérifier dans la palette info les composantes RVB du point sélectionné)

Lorsque les 2 marqueurs sont positionnés, cliquez sur le bouton annuler pour effacer le calque de réglage seuil et remplacez le par un calque de réglage des niveaux. Appuyez sur la touche de blocage du clavier en mode majuscules pour transformer le curseur pipette en un réticule plus précis. Choisissez la pipette des noirs et cliquez exactement sur le pointeur noir. Recommencez  l’opération avec la pipette des blancs et le pointeur des blancs. Vous avez réaligné votre image sur un noir pur et un blanc pur.

Attention, cette manipulation n’est valable que si le sujet photographié contenait réellement un blanc et/ou un noir pur. Dans certains cas, on n’utilisera qu’un seul des 2 pointeurs. Dans d’autres cas… aucun !

La manipulation peut toutefois être généralisée et offrir des perspectives très intéressantes : Supposons que je trouve l’image présente un peu froide. En double cliquant sur la pipette des blancs, il est possible de paramétrer sa valeur et donc de lui assigner non plus un blanc pur, mais une composante légèrement plus chaude. (RVB 255,240,240 par exemple)

La manipulation inverse permettra au contraire de corriger une dominante de couleur.

A vous maintenant de faire vos propres essais, mais n’oubliez jamais : c’est à la prise de vue que l’on réussit sa photo... 

.

Cliquez ici pour afficher la liste des tutoriaux disponibles.

.