Calques et masques de fusion
(Seconde partie)

La première étape du tutoriel a permis de se mettre à niveau sur la notion de calques, et de comprendre comment poser un masque de fusion sur un calque afin de le masquer partiellement avec un pinceau noir. La seconde partie entre directement dans la pratique en exposant des exemples concrets.

Réglage sélectif des niveaux

Lorsque vous voulez régler les niveaux sur une photo, opération basique pour en remonter le contraste sans en modifier la colorimétrie, vous utilisez généralement l’option Image/Réglages/Niveaux de Photoshop. Cette fonction agit globalement sur l’ensemble de l’image, ce qui peut-être un facteur limitant en fonction de la densité initiale de la photo.

Dans l’exemple ci-dessus, éclaircir le sol et l’eau en jouant sur les niveaux a simultanément accentué la surexposition du gilet rose de la fillette de gauche.

Il existe dans Photoshop une option qui associe réglage des niveaux et masques de fusion. Elle se cache dans le menu Calque/Nouveau calque de réglage/Niveau.

Sélectionnez ce calque de réglage et validez directement avec le bouton OK la fenêtre qui s’ouvre : vous retrouvez la courbe des niveaux sur laquelle vous pouvez effectuer vos réglages habituels, mais sans vous soucier cette fois d’éventuelles zones surexposées. La validation de cette fenêtre provoque en effet dans la palette des calques l’apparition d’un nouvel élément baptisé « Niveaux 1 ». Ce calque est positionné au dessus de votre photo. Il intègre la vignette des masques de fusion. Elle est précédée d’un cercle moitié blanc, moitié noir.

En double cliquant sur ce cercle, vous faîtes à nouveau apparaître le réglage de la courbe des niveaux. C’est le premier avantage du calque de réglage. Contrairement à l’application directe d’une courbe de niveau, il n’est pas destructif et vous pourrez à tout moment revenir sur son paramétrage pour l’affiner en fonction des évolutions de votre post traitement.

Second avantage, nous avons vu que le calque de réglage est assorti d’un masque de fusion. Il est créé blanc, ce qui signifie que l’effet s’applique sur la totalité de l’image. Vous pouvez en masquer localement les effets, en particulier sur les zones où la remontée trop intempestive des hautes lumières aurait tendance à brûler les détails. Il suffit de repeindre en noir sur ces zones pour annuler l’effet du calque, ou en gris pour les atténuer. Il est également possible de créer un second calque de réglage des niveaux dont les effets ne s’appliqueront que sur la zone précédemment masquée. Le négatif de votre précédent masquage contient en effet le complément du puzzle...

NB : vous pouvez de la même manière utiliser des calques de réglages associés à un masque de fusion pour les courbes, la balance des couleurs, les fonctions Luminosité/Contraste, Teinte/saturation, Correction sélective, etc…

Noir et blanc

Le second exemple de ce tutoriel empile les masques de fusion appliqués à des images ou à des effets. La conversion en noir et blanc est ici un artifice qui permet de mieux visualiser le travail effectué, mais la technique reste valide pour tout travail par partie d’une photo. Prenons tout de suite le contre-pied des puristes et autres accrocs de la photo bio qui vont hurler au trucage : le zone system a été popularisé par Ansel Adams au début des années 40, bien avant l'invention de la photo numérique !

Petite parenthèse pour se faire plaisir. La piètre dynamique de nos capteurs nécessite que l’on expose différemment certaines zones de l’image au moment du tirage. Retenir les ombres et exposer plus longuement les hautes lumières afin d’en extraire de la matière se pratiquait déjà sous l’agrandisseur en créant des masques avec les mains ou avec des cartons découpés en fonction des besoins. Le vignettage n’a pas été inventé avec Photoshop: le poing fermé sous l'objectif de l'agrandisseur préservait le centre de l’image en exposant plus longuement les angles. Autre exemple, le regard était éclairci en coupant la lumière pendant les 3 dernières secondes d’exposition à l’aide de 2 ellipses accrochées à un fil de fer. Ces masques et leur positionnement étaient préparés sous la lumière inactinique avant exposition du papier. Il était nécessaire de bouger légèrement le masque de façon à obtenir un effet dégradé. Voilà qui nous reconnecte à notre sujet : les masques de fusions et le pinceau à bord doux.

La photo prise en exemple dans la suite de ce tutoriel été choisie pour son intérêt pédagogique. Le passage en noir et blanc est ensuite matière de goût personnel, tout comme les différents réglages qui seront appliqués. Vous trouverez ici une version complète du fichier photoshop vous permettant de mieux suivre la suite des opérations. Le fichier complet faisant 347 MO en Adobe RGB natif 16 bits, l’image a été réduite à 1024 px de large. Il faudra un jour qu’on m’explique pourquoi les fichiers photoshop sont si énormes... L’image d’origine (en 8 bits) est ici, pour une reprise pas à pas du tutoriel. (clic droit, enregistrer sous...)

Le but du jeu est de passer cette photo en noir et blanc zone par zone en constituant un puzzle donc chaque pièce sera rendue visible à travers le trou d’un masque de fusion. Nous prendrons parfois des chemins détournés pour explorer une particularité des masques de fusion et sommes bien conscients qu’il serait possible d’arriver plus rapidement au résultat final !

Premier objectif, passer le fauteuil en noir et blanc. Il constitue un point clef de la photo, par son positionnement mais également par les risques liés à son post-traitement : il peut très rapidement devenir surexposé. Le traitement noir et blanc doit être appliqué dans l’idée d’en accentuer le volume en jouant sur les ombres. On remarque que le fauteuil est marqué par une assez vilaine dominante bleuâtre qui va être mise à profit dans la conversion noir et blanc. Dans le menu principal, cliquez sur calque/Nouveau calque de réglage/Noir et blanc. Validez par OK le premier écran qui apparaît afin d’afficher la fenêtre de réglage des différents canaux.

Le principe est simple : lorsque vous tirez un curseur vers la gauche, la couleur correspondante s’obscurcit… et réciproquement. Un bleu pur peut donc être présenté complètement noir ou complètement blanc lors d’un traitement N&B. C’est dire la diversité des versions noir et blanc que l’on peut obtenir à partir d'une même photo couleur ! Des débats en perspectives…

Nous mettrons à profit la dominante bleue du fauteuil en tirant le curseur bleu et le curseur cyan vers la gauche afin d’assombrir ces 2 composantes. Prenez garde de ne pas exagérer car la magie s’arrête lorsque commencent les artefacts !

Concentrez-vous sur le fauteuil, et oubliez le reste de la photo qui, bien évidemment, subit le même traitement.

Validez le réglage avec le bouton OK : dans la palette des calques apparaît un nouvel élément baptisé « Noir et blanc 1 ». Ce calque est positionné au dessus de votre photo. Il intègre la vignette des masques de fusion précédée d’un cercle moitié blanc, moitié noir qui vous permettra de reprendre le paramétrage du calque de réglage si nécessaire.

Le masque de fusion va bien évidemment nous permettre de réduire ce premier passage N&B au seul fauteuil.

Pour sélectionner le fauteuil, il faut d’abord se positionner sur le calque 1 dont le nom doit apparaître sur fond bleu. Cliquez avec l’outil baguette magique sur un élément du fauteuil, gardez enfoncée la touche majuscule du clavier et complétez la sélection en cliquant autant de fois que nécessaire sur les zones non sélectionnées du siège. C’est une manière plus pratique pour détourer la tête des passants que d’en faire le tour avec le lasso ou la plume. Le travail n’a pas besoin d’être extrêmement précis. En cliquant sur la vignette tout en maintenant les touches alt et majuscules enfoncées, vous affichez directement le masque sur la photo, ce qui permet de l'affiner.

Une bonne habitude lorsque l’on créée une sélection un peu complexe est de la sauvegarder en lui donnant un nom dans le menu Sélection/Mémoriser la sélection. L’option « Récupérer la sélection » du même menu vous permettra de la retrouver à tout moment.

Une fois le fauteuil sélectionné, créez un masque de fusion sur le calque 1. Comme vu précédemment, il contient automatiquement un trou qui a la forme de la sélection. La photo est cependant toujours intégralement en noir et blanc, car le masque de fusion est posé sur le calque 1.

Cliquez avec le bouton gauche de la souris sur la vignette du masque de fusion du calque 1 et glissez-la sur la vignette du masque de fusion du calque Noir et blanc 1. Lâchez tout ! A la question "Remplacer le masque de fusion", répondez Oui.

Si tout s’est bien passé, seul le fauteuil est maintenant gris dans la photo qui a retrouvé ses couleurs.

Nous allons maintenant nous intéresser au ciel. Une bonne photo noir et blanc se doit d’avoir un ciel menaçant... Puisque les cieux sont traditionnellement bleus, vous avez déjà intuité ce qu’il fallait faire :

Ajoutez un calque de réglage noir et blanc au dessus du premier calque de réglage, et tirez les 2 curseurs bleus et cyans vers la droite. Une fois encore, n’appuyez pas trop sur les curseurs car postérisation et effet semoule vous guettent !

La ligne d’horizon étant droite, il suffit de remplir le masque de fusion avec un dégradé noir/blanc pour que l’effet ne s’applique qu’au ciel : réinitialisez la palette des couleurs (touche D du clavier), choisissez l’outil dégradé (sous le seau) , vérifiez dans la barre de paramétrage sous le menu général que le dégradé est linéaire (première icône de la barre encadrée en rouge ci-contre) , cliquez en dessous de la ligne d’horizon et remontez un peu en oblique avant de lâcher la souris. Il faudra sans doute vous y prendre à plusieurs fois pour obtenir le bon positionnement de la zone de transition.

L’assombrissement du ciel a également porté sur les toits. Prenez le pinceau noir et peignez sur les parties trop sombres pour qu’elles reprennent des couleurs. Ce travail doit être fait à la taille réelle des pixels pour être suffisamment précis.

Passons maintenant aux bâtiments. Créez un troisième calque de réglage Noir et Blanc. Bougez tous les curseurs de gauche à droite et observez les effets. (Le jaune et le vert permettent d'éclaircir les arbres, le cyan et le bleu éclaircissent la façade) Gardez les réglages qui vous conviennent.

Le masque de fusion sera customisé de la même manière que pour le fauteuil, mais avec un petit piège : placez-vous sur le calque 1. Sélectionnez avec le lasso polygonal toute la partie de l'image en dessous du mur du quai. Pour que cette sélection ne soit pas trop visible, floutez-en les bords (Menu.Sélection/Modifier/Contour progressif 30 px). Créez le masque de fusion qui contiendra la sélection et glissez la vignette sur celle du calque de réglage N&B 3. Raté, c’est la partie basse de l'image qui reste en noir et blanc !!!

Ce n’est pas grave : cliquez sur ce masque de fusion pour le sélectionner et allez dans le menu Image/Réglage/Négatif. Cette fois, le résultat est correct. On aurait bien évidemment pu directement sélectionner la partie haute de l’image, mais l’intérêt est ici de voir que l’on peu simplement obtenir 2 masques de fusion complémentaires qui complètent le puzzle d’une même image.

Le résultat obtenu n’est peut-être pas encore à la hauteur de vos attentes. Les calques de réglage noir et blanc rendent une image qui manque un peu de profondeur dans les ombres et de lumière dans les parties claires. Il est temps de mettre en pratique le premier exemple du tutoriel, mais en appliquant cette fois un calque de réglage des courbes que vous pourrez customiser à votre convenance. Masquez au pinceau les zones trop assombries ou trop éclaircies.

La touche finale revient à maître Daflan et à ses désormais légendaires «courbes de tranfert dégradés». Il existe également un calque de réglage correspondant à cette option dans le menu calque/nouveau calque de réglage. Créez en un premier dont vous passerez le mode à assombrir et un second qui sera lui en mode éclaircir. Jouez sur la transparence de ces 2 calques, et masquez encore une fois au pinceau les zones affaiblies par ces 2 masques.

Vous êtes maintenant fin prêts pour voler de vos propres ailes avec les masques de fusion. Il reste une dernière question : que faire de tous ces masques empilés ?

L’option Aplatir l’image du menu calque permet de revenir à une seule vignette, mais vous avez peut-être envie de continuer à travailler l’image tout en gardant l’historique de vos calques empilés. C’est en particulier le cas si vous souhaitez parfaire le noir et blanc en faisant un petit tour dans le menu bichromie, ou si vous voulez ajouter un masque d’accentuation. Pour ma part, j’utilise la séquence suivante :

  • Menu Sélection/Sélectionnez tout ou CTRL/A
  • Menu Edition/Copier avec fusion
  • Menu Edition/Coller

On obtient ainsi un nouveau calque contenant le résultat de toutes les précédentes manipulations. Je pense toutefois qu’avec les groupes de calques, les calques liés ou les calques dynamiques, il existe une manière plus simple de procéder. Je n’ai jamais exploré ces options, aussi, si quelqu’un veut se donner la peine d’écrire quelques lignes ou recommander un bon tutoriel sur le sujet…

Notez bien que ce tutoriel n’est pas destiné à faire une conversion noir et blanc complète. Il reste quelques opérations pour arriver au bout de nos peines...

.

Cliquez ici pour afficher la liste des tutoriaux disponibles.

.