Accentuer : oui, mais pas comme un goret !

L’accentuation a globalement pour but de rendre une photo plus nette. N’en attendez cependant pas de miracle : elle ne permet pas d’obtenir une photo nette à partir d’une photo floue ! L’accentuation est également utile lorsqu’une photo a été re-dimensionnée (rappelons à cet effet qu’il est préférable de ré-échantillonner en plusieurs passes successives pour préserver la finesse des détails)

Mais attention, une accentuation mal menée peut avoir des effets pervers : phagocytage des plus fins détails et apparition d’artefacts sur les contours (le fameux trait blanc !) voire même de bruit dans certaines zones de la photo…

A titre d’exemple, travaillons sur cette photo au format RAW, prise avec le célébrissime 18-70 mm f3.5-4.5 G de monsieur Nikon dans une plage de réglage ou la qualité de l’objectif est reconnue : 1/640 s et f8 pour une focale de 24 mm. Le fichier est ici ouvert dans Photoshop au format Tif, en 16 bits par couche et enregistré en jpeg, après diminution de la taille et enregistrement pour le Web au standard du forum :

Observons un détail de cette photo à la taille réelle des pixels : on constate que si le piqué est correct (restitution des petits détails) le rendu est par contre un peu mou (les contours ne sont pas marqués)

Le mode RVB n’est pas le plus adapté à une accentuation maîtrisée. Il sépare la photo en 3 couches de couleur : rouge, verte et bleue, cette dernière étant la plus sensible au bruit (c’est pour cette raison que l’accentuation a facilement tendance à remplir le ciel de semoule et qu’il est préférable d’éliminer les ciels du processus d’accentuation. Ils n’en ont d’ailleurs pas besoin)

Choisissons le mode LAB, dans le menu Image/Mode/couleurs Lab. Le mode LAB est une autre représentation de notre image. Au lieu de la séparer en 3 couleurs, elle utilise 3 couches :

• La couche L contient les informations de Luminosité.
• La couche A contient les informations de couleurs de la gamme du vert au rouge
• La couche B contient les informations de couleurs de la gamme du bleu au jaune

La photo a toujours la même apparence. Sauf cas particulier, l’accentuation ne doit toucher que la couche L. Si la palette des couches (channels en anglais) n'est pas affichée, (dans le même bloc que la palette des calques ou layers) sélectionnez la dans le menu Fenêtre/couches. Votre photo apparaît en vignette, ainsi que les 3 couches L, A et B. Désélectionnez les 2 premières en cliquant sur le petit oeil. La photo apparaît maintenant en (mauvais) noir et blanc. C'est normal !

Il est temps de faire un calque de copie de note image : CTRL J sur mon PC de blaireau, ou Menu Calque/Nouveau/Calque par copier pour les gens moins pressés. Sur ce calque, on désélectionne également les couches A et B.

Nous allons enfin entrer dans le vif du sujet : le filtre passe-haut que Mr Photoshop a bizarrement dissimulé dans le menu Filtre/Autres/Passe-haut. La photo apparaît en gris argenté, et on devine quelques contours. C’est maintenant qu’il va falloir jouer fin car Photoshop demande d’entrer un rayon…

Le rayon définit l’épaisseur du contour qui sera affectés par le filtre. On remarque que plus le rayon est élevé, et plus les contours apparaissent, comme un effet de gravure. Choisissons 8 pixels…

Il est temps de revenir à notre image normale. Il faut tout d’abord modifier le mode dans lequel s’applique le calque. Dans la palette des calques, on choisit le mode "lumière tamisée" Pour un effet plus marqué, on peut choisir le mode "lumière crue". Re-cochons ensuite les couches A et B pour retrouver nos couleurs.

Notre image a indéniablement gagné en netteté…

… mais si on la regarde en détail, on s’aperçoit que la croix et les oiseaux sont entourés d’un halo blanc. Le bleu du ciel a par contre (cette fois !) été épargné…

En utilisant le tampon paramétré en mode obscurcir, il sera facile ici de supprimer le halo. La réduction de la taille de l'image suffit également parfois à l'éliminer, ainsi que le bruit généré par le post traitement. C’est ainsi qu’une photo montrée sur un écran dans une taille réduite peut être relativement ignoble à la taille réelle des pixels.

Remarquez que ce fameux halo se voyait déjà au moment du paramétrage du filtre passe-haut et qu’il était donc facile de l’éliminer. A vous de trouver le bon réglage, généralement entre 1 et 2 pixels pour une photo de 3000 pixels de large, qui fait apparaître légèrement sur le filtre les principaux traits de la photo en bas relief. Vérifiez toujours votre photo à la taille réelle des pixels !

Le filtre passe haut fonctionnant principalement sur une détection des contrastes, il sera peu efficace sur une photo aux teintes vaporeuses. On utilise en complément le filtre accentuation du menu Filtre/Renforcement/Accentuation. Ce filtre nécessite de renseigner 3 paramètres :

• Le gain fixe l’intensité de l’effet. Au dessus de 150%, c’est pari impossible (artefacts, bruit…)
• Le rayon définit l’épaisseur du contour qui sera affectés par le filtre (On le fixe souvent à 1 pour un effet un peu prononcé, Au dessus de 3, c’est encore pari perdu) En dessous de 1, on obtient un effet discontinu, plus soft.
• Le seuil : détermine l'écart qu'il doit y avoir entre 2 pixels contigus pour que l'on considère qu'il y a un contour. Il permet de déterminer les lignes à accentuer. Plus le seuil est élevé et plus l‘effet est atténué puisqu’il faut un contraste plus important entre 2 pixels pour qu’ils déterminent un contour.

Pour un effet soft, on utilise généralement le réglage suivant : Gain 65%, Rayon 0,5 pixel, Seuil 4.

Pour ces 2 méthodes, il est conseillé de pratiquer l'accentuation sur un calque. En jouant sur l'opacité de ce dernier, on pourra doser précisément son effet.

N’oubliez pas de revenir en mode RVB avant d’enregistrer la photo accentuée. En conclusion, il est utile de se faire un petit script paramétré qui évitera de refaire la manip à chaque fois. En voici un exemple (Clic droit/Enregistrer la cible sous).

En utilisant les calques de fusion, on peut bien évidemment ne faire que des accentuations partielles et affiner le processus. L’accentuation est la dernière manipulation à faire, après tous les autres traitements.

.

Cliquez ici pour afficher la liste des tutoriaux disponibles.

.